La spiritualité prevaut sur la pastorale

Généralement, le renouvellement ecclésial commence par les activités pastorales. Notre service pour un Monde Meilleur a toujours voulu contribuer au renouvellement de l’Eglise et à la trnasformation d’une société plus juste et fraternelle. Au siècle dernier, dans les années 80, le groupe promoteur opta pour le renouvellement de la pastorale  au moyen de projets qui    voulaient être un renouveau global et intégral de la paroisse, du diocèse, de la vie religieuse, de la jeunesse, de la famille.

Depuis toujours les changements pastoraux commencent par là. Les méthodes et les contenus de l’évangélisation, de l’éducation  changent. La liturgie change: on adopte la langue vernaculaire, certains rites et symboles, des mesures sont prises pour une participation chaque fois plus grande, etc.

Quelques-uns ont peut-être pensé que le renouvellement de l’Eglise n’était que cela. Avoir un bon projet. Mais, rapidement, certains se sont rendus compte que le changement institutionnel et fonctionnel, se révélaient insuffisants et superficiels. C’est pourquoi tout changement dans l’Eglise comme dans la société implique, tôt ou tard, de se poser la question du renouvellement des motivations qui inspirent les nouvelles structures, méthodes et actions. Sans motivations enracinées, vives et explicites, aucun groupe humain, institution ou société ne peut résister au temps et encore moins à se renouveler. Les motivations répondent aux  « pourquoi » fondamentaux des options, des entreprises, des exigences, et même de la raison d’être de l’institution.

Pour l’Eglise, les motivations sont plus qu’essentielles; elles sont sa marque d’identité. Les « pourquoi » de son organisation et de son action ne s’expliquent pas  de façon décisive par les sciences humaines ou par pure rationalité historique: ils ont Jésus et son Evangile comme  motivation globale, indispensable et dominante. C’est la présence de l’Esprit, qui comme disait, Juan Luis Segundo, “c’est Dieu au rythme de l’histoire”. C’est pourquoi, parler de motivations, dans le Christianisme, c’est parler de mystique, de spiritualité.  La rénovation institutionnelle et fonctionnelle de l’Eglise requiert une rénovation de sa mystique. La spiritualité est la motivation qui imprègne les engagements de la vie, c’est le souffle qui imbibe et inspire l’engagement, la motivation de l’Esprit.

La spiritualité n’est pas une science ou une pratique supplémentaire dans l’Eglise.  C’est la  « sève » de la pastorale, de la théologie et de la communauté quel que soit son “modèle”. Souvent nous nous sommes plus centrés sur la méthode, l’organisation, les réunions… que dans cette  “sève spirituelle”. Suffisamment pour que les agents de pastorale se soient interrogés sincèrement sur ce qui a occupé davantage le temps dans l’accompagnement des activités et des projets.

Dans la dynamique de présentation et d’accompagnement des projets, on a peut être oublié que la spiritualité est la source  d’où doivent jaillir les projets non tant leur acceptation ou leur efficacité. Il y a, cependant, quelque chose de plus significatif, en relation avec une autre vision de la foi et de la mission, la spiritualité encore pratiquée  est   « traditionnelle », et discordante avec les nouvelles expériences ecclésiales promues. Dans ces conditions la spiritualité ne motivait pas et devenait non pertinente et, dans certains cas, les projets commencés étaient abandonnés. Une mystique  qui ne nourrit pas l’expérience humaine cesse d’avoir une signification; une spiritualité  éloignée du modèle ecclésial amène à la crise. Il est curieux qu’après avoir appliqué ou utilisé les projets de nombreuses années , les paroisses et les diocèses se sont posés la question du besoin d’une nouvelle annonce de la foi chrétienne (nouvelle évangélisation).

Nous devons tenir compte que ce qui constitue la spiritualité d’une personne (communauté ou peuple), c’est le plus profond de son être: ses «motivations» ultimes, son idéal, son utopie, sa passion, la mystique pour laquelle on vit et lutte, avec laquelle on contamine les autres. C’est l’eau qui se répand sur toutes les actions, les relations, les rencontres, les célébrations de la vie personnelle et communautaire.

Toute personne doit se confronter au mystère de sa propre existence. Elle doit opter inévitablement pour des valeurs qui donnent consistance à sa vie. D’une manière ou d’une autre il faut choisir un point sur lequel construire et articuler la teneur de sa conscience,  sa prise de position face à la réalité, dans l’histoire. C’est l’option fondamentale. Et ce qui est authentiquement religieux est cette profonde option fondamentale, cette profondeur humaine, avant tout dogme et tout rite, avant toute adhésion à une religion déterminée. Parce que, dans cette option fondamentale,  la personne définit la valeur qu’elle place  au centre de sa vie, quel est son absolu, quel est son Dieu, ou son dieu. Le grand maître Origène disait que  «Dieu est celui qu’on met au – dessus de tout le reste».

En ce sens, la spiritualité est ce qui précède et accompagne la personne et le groupe, dans son existence, ce n’est pas des pratiques ponctuelles, même si ces moments sont nécessaires où on exprime explicitement ce qui nous motive et nous anime. En ce sens, la spiritualité prévaut sur la pastorale.

Sans aucun doute, l’expérience des projets pastoraux que le Groupe Promoteur a suscité avec grand dévouement et accueil,  a également contribué à ressentir le besoin de revoir et d’actualiser les ‘Exercices’  comme la plus grande expression de notre charisme. Les ‘Exercices’  sont une expression de foi, une rencontre partagée à la suite de Jésus,  en lui, animés par l’Esprit de Jésus nous discernons les signes des temps. Les “Exercices” sont la source de notre spiritualité. C’est pourquoi les “Exercices », ont toujours eu  comme point central  la  “spiritualité” plus que  l’action. Nous sommes davantage un Service d’Animation Spirituel que communautaire. Notre service veut contribuer à favoriser la conversion profonde de l’Eglise et la transformation de la société vers une société plus profondément humaine.

 

2 réflexions sur « La spiritualité prevaut sur la pastorale »

  1. ¿Que te llama más la atención?
    «…la espiritualidad de una persona (comunidad o pueblo) es lo más hondo de su propio ser: sus «motivaciones» últimas, su ideal, su utopía, su pasión, la mística por la que vive y lucha, con la cual contagia a los demás. Es como el agua que riega todas las acciones, relaciones, encuentros, celebraciones de la vida personal y comunitaria».
    Me quedo con esta frase, para mi es el núcleo de lo que hacemos hoy, hasta ahora, como Movimiento gracias a las Ejercitaciones puestas para estos momentos que estamos viviendo como humanidad.
    Este ejercicio de manera incipiente hablando de mi y con osadía me atrevo a decir que para la mayoría, es necesario hoy, no es sencillo «vivir desde dentro», pero me parece que es un camino que debemos realizar para empezar a cambiar nuestra vida y la vida que está a nuestro alrededor.

  2. Merci pour ce texte sur la nécessite de la spiritualité dans la dynamique du renouvellement de l’Eglise.
    la Spiritualité dont cette Eglise a besoin doit être incarnée, qu’elle prenne en compte les aspirations les plus légitimes et profondes de la personne humaine dont la vocation ultime est vivre en Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *